Memovelo

Memovelo

Victor CANEIRO


            Jean-Michel Garcia, qui n'a toujours pas enregistré que c'est « l'Athlète » que je cherche, me téléphone pour me dire que Victor Caneiro vend sa maison, sa collection de « Miroir-Sprint » et - si j'ai bien compris – quelques vélos. En fait, ayant depuis longtemps renoncé à collectionner « Miroir-Sprint », je téléphone cependant à Victor, afin d'obtenir son accord pour réaliser un modeste bilan de sa carrière de « coureur-entraîneur ».

            Le 23 avril 2012, « L'Equipe-mag » présente un numéro consacré au FC Barcelone (le « Barca ») et, sur la « Une » aux couleurs du club, l'écusson et, juste en dessous, « Més que un club ». Dans cet ensemble remarquablement documenté se trouve un article sur Lucien Muller, « l'exception française ». De cet interview, qu'il nous soit permis de retenir cette citation : « Là-bas, même si vous avez 100 ans, les gens se souviennent de vous si vous y avez joué ».

            Pour nous qui nous intéressons à l'histoire du sport – et, plus particulièrement, au cyclisme à partir de ce blog - nous reconnaissons dans cette déclaration l'essentiel de ce qui motive notre travail.

            . Comment est arrivé le vélo ?

            Victor est né le 23/12/1943 à El Payo en Espagne, dans la région de Salamanque.

A Bordeaux, sa famille habite le quartier St. Michel et il est élève au CET de Blanquefort.

Chaque jour, il effectue le trajet en vélo et passe devant le magasin de M. Vrigneaud (qui est le beau-père de Max Laville). Un jour de 1960, il rentre…

"J. Suire, Fantino, de Nadaï, Mothes… on a débuté ensemble". Espagnol non naturalisé, il n'a pas droit aux championnats…

Sa famille n'est pas favorable à cette passion pour le cyclisme. La veille d'une course, le père a cassé le vélo en deux !

Il se débrouille tout seul et travaille aux Capucins pour se racheter un vélo.

            Au total, Victor compte 25 années de compétition (de 1960 à 1984). Il arrête à 40 ans (« je ne m'amusais plus... » et il est trop pris par les prestations des coureurs qu'il entraine).

 Rôles inversés : Victor, marqué par l'effort, est "encadré" par la jeunesse…

Fin 1964, il est en 1ère catégorie, il va passer 10 ans en 1ère. Il a gagné une centaine de courses, mais « des petites sans importance », surtout s'il les compare aux épreuves et aux satisfactions que lui ont apporté les coureurs de son équipe.

          . Carrière professionnelle :

             Après le CAP de « plombier-sanitaire » au CET (=LEP) de Blanquefort, il obtient un Brevet professionnel et travaille pendant 8 ans sur les chantiers.

A 27 ans, il passe un concours pour entrer à l'ENNA (Ecole Normale Nationale d'Apprentissage ) à Paris où il étudie pendant 2 ans pour devenir professeur dans l'enseignement technique (en sanitaire thermique). En 1974, il est titularisé et obtient le CAELEP.

 Plié sous la gerbe, avec à ses côtés, la "relève", Hervé Grenier, à Laroque-Timbaud (2et 3, dans le 47). 

A cette époque, il continue à courir et possède un vélo dans chaque lieu de résidence (un à Paris, l'autre à Bordeaux).

Spécialisé pour former les élèves en difficulté en Collège ( préparer le CAP en 3 ans au lieu de 2), il enseignera la pratique, le dessin technique et la technologie au Collège Jacques Ellul de la Benauge, jusqu'à sa retratite en décembre 2004.

          . Coureur et entraîneur :

Le « virage » se négocie à 38 ans, à l'US bouscataise, où il entraine les coureurs de 1982 à 1984. Cela le conduit à passer des brevets fédéraux (un peu plus tard à Marmande qui devient club de DN1, il passe le Brevet d'Etat). Au CREPS, il suit les cours et apprend auprès de J.-J. Rebière et E. Vermeulen.

 Dans les "sports collectifs", il y a, parfois, le "joueur-entraîneur". A l'US Bouscat, il y eut un "entraîneur-coureur", Victor Caneiro, avec autour de lui "un lot de très bons coureurs". 

Il poursuit dans la connaissance des méthodes d'entraînement et grâce aux différentes sélections de ses coureurs,  il rencontre les entraîneurs nationaux Michel Thèze et Bernard Bourreau, qui lui donnent de précieux conseils.

En 1984, il quitte Le Bouscat pour aller à Marmande , où il sera entraîneur et succèdera à Claude Magni en tant que directeur sportif.

Victor Caneiro tient, ici (et cela nous paraît intéressant), à distinguer entre « directeur sportif » et « entraîneur ». Le premier voit peu ses coureurs (essentiellement lors des courses), quand l'autre  les voit à l'entraînement plusieurs fois par semaine. Une différence (entre « par correspondance » et « quatre fois par semaine ») qui tend parfois à s'estomper, aujourd'hui…

« Les coureurs viennent d'un peu partout », Victor les réunit à l'entraînement, le mercredi après-midi… La différence aussi entre « une fiche et le derny ».

 

1987 : championnat d'Aquitaine du contre la montre par équipes juniors : 1. CCMarmande devant le Stade Montois. Sur la photo, de gauche à droite : Bordet Hugo, Dumont Christophe, Caneiro Victor , Chauvin Gilles, Vignaud Laurent.

Mais, la phase essentielle, c'est le recrutement. Sans doute, faut-il prendre les meilleurs…

Des reproches pleuvent : « tu nous les piques ! » . Quand passe une certaine génération, les Grechi, Chauvin, Dubois Gilles, Vignaud…  Certains parents ont « du mal à jouer le jeu »… Il faut aussi se démultiplier : « j'allais sur les courses »…

Viennent aussi certains résultats , par exemple, en 1987, le titre de champion d'Aquitaine juniors. Aussi, des titres nationaux route et piste avec des juniors et des seniors prometteurs comme Hugo Bordet, Armand de Las Cuevas, Anthony Langella.

 "Missionné" sur la piste, Victor entraine l'équipe d'Aquitaine vers le titre de championne de France (au centre, le couple Bonnace-Pigeonnier).

             . Des méthodes d'entraînement :

            Hier, c'était « les sorties d'endurance : musette-heures- 200 km- promenade »…

Victor commence avec le travail « fractionné – en intensité – le modèle des pays de l'Est, avant que les tests n'arrivent ».

Ensuite, il y a la collaboration avec le CREPS et le docteur Genson. « Tous ont été testés ! »

Victor insiste sur les mots de test et de « laboratoire », on sent l'influence de la « Sportwissenschaft » ( = science du sport) à l'œuvre dans les milieux de la « haute performance » (= Spitzenleistung). Les références sont là : travail anaérobie, aérobie, PMA (= puissance maximale aérobie), seuil en  dette, lactates…

Mais, la méthode est claire : à l'aide des mesures obtenues par les tests, l'entraîneur travaille les points faibles… « les résultats confirment »…cependant, « on prend toujours les meilleurs »…

Ici, intervient une autre dimension : les « meilleurs », ce sont ceux qui ont « envie », « les hargneux ». Pour qu'un coureur réussisse, il lui faut la « volonté ». Est-ce que cela s'apprend ? Victor Caneiro est fidèle à sa culture(celle de l'atelier) : « il faut aller jusqu'au bout, si c'est raté, je recommence… »

Mais, cela peut aussi concerner un capacité physiologique : la faculté de récupération… Un temps qui se mesure (Victor a été formé au respect des mesures). Et, que se passe-t-il en course ? quand « ça » redemande un effort ?

Reste l'énigme (toute relative)  de la « petite cylindrée avec grosse volonté »  (je ne cite personne…sic).

            . La « sortie » : 

- « à 60 ans, j'arrête… », Victor est parti rassuré, il avait un successeur compétent : Marino Verardo…

Il avait acheté aussi une vieille maison : « je vais m'en occuper… »

Titulaire dans l'enseignement, Victor fait coïncider ces deux retraites. Plusieurs fois sollicité, il n'a jamais franchi le pas vers de nouveaux challenges.

Ses trois enfants semblent avoir « échappé » au cyclisme :

- Patrick est devenu pharmacien des hôpitaux

- Laurent, aux E.-U., est animateur de dessins animés

- Sylvie, conseillère d'Etat, est au Conseil Général.

            . « En 20 ans, y a eu du monde qui est passé… » :

 - de l'US Bouscat au CC Marmande (de 1984 à 2004), on peut citer avec pas mal de chances d'en oublier certains :

Anastaze-Barbeau-Brusson-Canouet G.-Chatelas.-Chauvin-Dedieu-de Las Cuevas-de Santi P.-Dubois G.-Fedrigo P.-Fievez-Grechi- Grenier-Guerin JF.

- Ignace A.-Lafaurie-Lagière-Lantot-Larquié-Mespoulède-Morvan-Mouchel-Painaud-Perrocheau-Reimherr-Suchaud-Verardo Marino-Vignaud-Zech G. …

Celui que Victor n'oublie pas, c'est Franck Clément qui s'est tué à l'entraînement. Le drame, aller l'annoncer aux parents, puis les accompagner…

 

 Assemblée générale et distribution des prix : Victor ne cache pas son plaisir au moment de ce rituel qui mêle le "social" et "l'éducatif", sous le regard des "grands Anciens" et des dirigeants.

On peut reconnaître - après les petits au premier rang - les Fedrigo, Magni, de Las Cuevas et les Présidents Marchi et Pitallier, entre autres...

Et, quand même sauver de l'oubli : Anthony Langella, « De retour au CC Marmande, il a retrouvé un dénicheur de talents, Victor Caneiro », in « le dernier défi d'Anthony Langella, par Dominique Turgis dans « Cyclim'mag », 15/02/2006. 

 

 Lors de la conférence "100 ans de cyclisme à Marmande" réunie autour de Mme Monique Normandin (la fille de Mario Ragagnin), Anthony Langella (encore l'élève) à côté de Victor (le maître, à droite). La photo est de Guy Dagot, que nous remercions de nous avoir autorisé à l'utiliser.

Dans mon entendement, façonné par les  "on-dit" et les leçons de Brassens ("Au village, sans prétention, j'ai mauvaise réputation..."), j'avais conçu Victor Caneiro comme une sorte de "sorcier" du vélo régional. Aujourd'hui, même si j'ai encore beaucoup à apprendre et à comprendre, je pense que l'homme a réalisé la bonne synthèse entre son métier d'enseignant et une passion chevillée à son corps, qu'il s'est "inoculée lui-même"...

Laissons Armand de Las Cuevas lui rendre cet hommage :

"Au risque de décevoir, aucun ne m'a laissé un souvenir impérissable. Par contre, je clame haut et fort : deux seules personnes ont vraiment compris comment je fonctionnais : Victor Caneiro et Dominique Arnaud. 

 (Sud Gironde Cyclisme, mercredi 20 janvier 2010)



30/04/2012
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 235 autres membres