Memovelo

Memovelo

Robert HUE (1894-1958) et la piste de Lescure

La période qui vit rivaliser deux vélodromes et, par- delà, leurs deux directeurs : Emile Tauriac (1870-1928), le Parc à Caudéran, et Géo Hourdebaigt (1872-1931), le Stadium de le Côte d'argent à Talence, s'opposer deux conceptions du sport cycliste où l'argent opérait, déjà, la coupure entre Sport et Spectacle, cette période semble s'estomper (après le guerre) avec la création le 19/09/1922 de la "Société du Parc des Sports de Bordeaux-Lescure".

Cette société constituée par "un groupe de hautes personnalités bordelaises" choisit pour administrateur-délègué, M. le docteur Mothe et, pour directeur technique, M. Robert Hue. Ces personnalités appartiennent "à tous les milieux bordelais" et leur but est "d'assurer gratuitement...une éducation sportive, large, complète et scientifique au profit de tous les milieux sociaux de la ville".

La première pierre est posée le 22 mars 1923 par Henry Paté, Haut-commissaire aux sports. Le 30 mars 1924 a lieu l'inauguration du Parc des Sports de Bordeaux-Lescure. Deux grands matchs de rugby opposant, d'un côté, le BEC au SAB et, de l'autre, le CAB au SBUC , constituent la manifestation, la seule possible à cette période de l'année. On  note toutefois que le rugby a été préféré au football. Les organisateurs ont choisi "un programme qui permet au public (20 000 personnes) d'admirer quatre des plus grands clubs de la Côte d'Argent".

Bordeaux possède, à ce moment-là, le plus beau parc des sports de France, exception faite du stade de Colombes construit spécialement pour les Jeux Olympiques (Paris, 1924). Autour du terrain qui rappelle "les terrains de jeu des grands Clubs anglais" se trouve une piste cycliste de 500 mètres de tour, établie sur les plans de la piste de Munich, fort probablement la plus "vite" du monde. Le 14 juillet 1924 a lieu le "Gala de la Presse" avec  course de 1/2 fond derrière grosses  motos sur 1 heure, course de vitesse, course de tandem et match international derrière motos opposant Baudelocque (Fr.) à Borgotti (It.).

 

Robert HUE (1894-1958)

 

L'idée de cette piste remonte à 1917 et elle est due à Robert Hue qui, durant sept années, s'attacha à sa réalisation, laquelle demanda, aussi bien dans sa préparation financière que dans la construction même, des efforts inouïs de sa part, témoignant de sa remarquable ténacité.

Les plans de la piste ont été établis par MM. Alfred Duprat (+1933) et R. Hue,associés à cette époque. Elle est considérée comme parfaitement réussie au plan de l'harmonie des courbes, du relevé des virages et des raccordements paraboliques, permettant ainsi de grandes vitesse en 1/2 fond, en vitesse pure et apte à tous les records par le grain du ciment..;

Promoteur de cette oeuvre, R. Hue préside à ses destinées en qualité de directeur depuis l'ouverture du vélodrome en 1924.

Né à Asnières le 16 mai 1894, R. Hue fait ses études à l'Ecole d'architecture et l'Ecole des beaux-arts de Paris. Cité à l'ordre pendant la grande guerre ("trés bon caporal au 168ème RI... 3ème compagnie"). Il a été "grièvement blessé le 17/04/1915 au cours d'un violent bombardement face au Bois-le-Prêtre, emmenant l'impotence fonctionnelle de la jambe droite...", signé : Joffre. Médaille militaire, croix de guerre avec palmes, Légion d'honneur, promu officier.

Féru de cyclisme, il a passé sa jeunesse dans le secteur ouest de la banieue de Paris où résidaient aussi François Faber (mort au champ d'honneur), Emile Engel...

Fixé à Bordeaux, c'est un travailleur avec un idéal sportif, il dessine la piste.

Il tient à coeur la course de la Médaille dont la première épreuve a lieu en 1927 (commissaires : Remordé et Bonnemazou). Le 18 mai, en première page du journal "l'Athlète moderne" se trouve une photo des jeunes finalistes de la course à la médaille, éduqués par "l'Ecole des sprinters du Parc des Sports de Bordeaux", où figure Roger Lapébie (futur vainqueur du Tour de France, dix ans plus tard). L' épreuve a lieu, alors, le dimanche matin et chaque fois que le temps le permet. Elle est ouverte à tous les jeunes n'ayant jamais participé ou possédé une licence, l'engagement est gratuit jusqu'à 9 heures. Elle se dispute sur 2 tours (1000 mètres), par séries, 1/4, 1/2 et finale à 4. Il y a deux catégories : à boyaux et à démontables. Des constructeurs et des vélocistes offrent des prix.

Le 19 mai 1930, l'A.G. de la S.A. du Parc des Sports vote la dissolution anticipée de cette société et la vente de l'établissement, dépendances comprises à la Ville de Bordeaux pour 3 800 000 francs. La ville de Bordeaux confie l'exploitation de la piste à Robert Hue, lequel est assisté dans sa tâche, depuis 1924 par un ancien amateur de classe, finaliste du championnat de France 1923, Charles Passet.

En 1932, MM. Cyrille Abadie, Robert Hue et Robert Reboul mettent en place le Centre d'entrainement du Sud-Ouest, grâce à l'appui financier de Robert Hue, directeur du Parc des Sports. Il est ouvert à tous les licenciés UVF ou UCI, qui ont la jouissance des agrés, home trainers, massages, sorties d'entrainement, visites médicales, conseil de managers...

A l'origine, le manager est Armand Poupard, aidé de MM. R. Reboul, E. Luguet, A. Cantou et M.Verdeun.

A partir de 1935, le député-maire de Bordeaux, Adrien Marquet lance la rénovation du Parc des Sports pour en faire le "Stade Municipal". L'ancienne piste est conservée, les virages légèrement relevés (3cm de hauteur), l'enduit est refait en ciment rouge clair, mais sa composition rend la piste anti-dérapante et, partant, plus rapide... Cependant, le 14 août 1936, Robert Hue quitte la direction du Parc des Sports et donne sa démission au Maire.

Les travaux menés au Parc des Sports rencontrent de nombreuses difficultés liées à la crise financière, aux grèves... Le nouveau Stade municipal pourrait revenir à 20 millions alors que le Parc des Sports avait coûté 3 millions...

Charles Bidon, le grand journaliste, celui qui tient "l'Athlète moderne" et, plus tard, "l'Athlète" tout court, mais celui qui fut, aussi, le vice-président de la Fédération cycliste du Sud-Ouest (au moment de la scission avec la "Vieille Bique" (l'UVF), écrit alors : "les travaux en cours au Parc des Sports contribuent à la réhabilitation de l'oeuvre de M. Hue".

Robert Hue est décédé le 23 novembre 1958 à Ustaritz où il s'était retiré aprés sa démission.

 

( Il ne nous paraît pas indécent, aujourd'hui, de voir dans cette histoire les fondements de ce qui constitue la caractéristique majeure du cyclisme bordelais : la piste, les pistards et les routiers-sprinters...)

 

 

 

 

 

 

 Ces deux lettres signées "Robert Hue" adressées à Guy et aux frères Lapébie proviennent des archives personnelles de Guy Lapébie. Elles montrent le rôle exact joué par le directeur du Parc des Sports. Les frères Lapébie sont , quant à eux, exemplaires des jeunes gens qui fréquentent la piste de Lescure. D'ailleurs, Guy le racontait bien : "tous les soirs, il y avait des tas de gars qui tournaient..." Les Lapébie, dont le père est cheminot à la gare de la Médoquine et la maman employée, en face, chez Courbut, trouvent là un terrain d'aventures qui les conduira où l'on sait.

L'admirable reste le ton du mentor R.Hue qui traduit bien le souci qui est né avec la mise en place d'une "Ecole de la piste".

 

 

 



03/10/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 239 autres membres